4 Mots clés pour un foyer heureux ! - partie 3

Le troisième mot clé pour un foyer heureux est : AUTODISCIPLINE

L'autodiscipline est uniquement acquis graduellement et parfois à travers la douloureuse discipline externe. Depuis la dernière génération, nous sommes entrés dans l'ère de la permissivité. Les enfants ont été autorisés à prendre leurs propres décisions, et à faire leur propre chose.

Aujourd'hui les psychiatres sont presque universellement d’accord que, au lieu de rendre les enfants plus heureux, cette permissivité a été une tragédie pour les enfants et les parents. Elle a conduit à la consommation d'alcool, abus de drogues, de crime, a augmenté de façon alarmante le suicide chez les adolescents. Jusqu'à ce que les enfants atteignent la maturité et le jugement nécessaire pour s'autodiscipliner, ils doivent être guidés par leurs parents. En Éphésiens 6: 1-3, l'apôtre Paul dit, « Enfants, obéissez à vos parents, selon le Seigneur, car cela est juste. Honore ton père et ta mère (c'est le premier commandement avec une promesse), afin que tu sois heureux et que tu vives longtemps sur la terre ». L’obéissance implique des restrictions précises. Les parents doivent mettre l’emphase sur le fait que certaines choses sont bonnes et que certaines choses sont mauvaises, et ils doivent voir à ce que leurs enfants observent les limites.

Mais quand les directives ne sont pas suivies et que la discipline semble nécessaire, elle ne doit jamais être faite avec frustration et colère, mais toujours avec amour. L'apôtre affirme aussi en Éphésiens 6: 4 que les pères ne doivent pas irriter leurs enfants, mais les élever en les corrigeant et en les instruisant selon le Seigneur. Si cela est bien fait, l’enfant aime et respecte davantage ses parents, car ils réalisent que leurs parents les aiment assez pour s'inquiéter pour eux et les corriger. Comme l'auteur de l’épitre aux Hébreux le dit au chapitre 12 verset 9, nos pères nous ont disciplinés, et nous les avons respectés. Ainsi, discipliner un enfant de la bonne manière sur le moment peut sembler « être un sujet de tristesse », mais pourtant l'écrivain affirme qu'il «produit plus tard pour ceux qui ont été ainsi exercés un fruit paisible de justice.» (Hébreux 12:11).

« retour à la liste de l'article